Rechercher

Sandrine, Barbara et Zoé ...




1/ Peux-tu te présenter ?


Je m’appelle Sandrine, je viens de fêter mes 46 ans.

On dit souvent de moi que passé mon coté froid je suis quelqu’un de très ouvert.

A l’écoute, entière et loyale je suis aussi têtue, parfois autoritaire et intransigeante.     

Après plusieurs années dans le commerce  à différents postes de management ,j ’en pouvais plus et j’ai décidé il y a un peu moins d’un an de me re-centrer sur mes envies.

J’ai toujours voulu créer une marque de vêtements grande taille . Je me lance donc dans entrepreneuriat ainsi que dans l’apprentissage de la couture. Je me révèle professionnellement à 46 ans et cela me met en joie!!

2/ Combien d’enfants as-tu ?


 J’ai 2 enfants, Newen âgé de 24 ans & Zoé de 4 1/2 ans . 

3/ Quelles questions te posais -tu avant d’être parent.e ?


Quand j’ai eu Newen je crois que je ne me posais pas trop de questions.

J’avais à peine 22 ans et j’y suis allée a l’instinct avec beaucoup de feeling.

Je n’avais pas de questions particulières autour de la parentalité…  

Je voulais surtout que mon enfant ne manque de rien, et qu’il soit entouré d’amour….

Je souhaitais mettre tout en oeuvre pour cela.

Ce dont j’étais sûre c’est que je ne voulais pas reproduire le même schéma que  ma mère.

Malheureusement les choses ne se sont pas tout à fait dérouler comme je l’avais imaginé et ma parentalité à été mise à rudes épreuves.

Concernant Zoé après 20 ans et une 1ère parentalité compliquée pas facile de se relancer dans l’aventure, d’autant plus dans une situation familiale si différente.

L’une des questions que je me suis posée est si nous allions pouvoir avoir un donneur noir. Il était important pour nous que notre enfant nous ressemble et comme c’est Barbara qui porterait notre enfant, il nous fallait forcément un donneur noir.

En fait en réfléchissant, je me rends compte que mes questions tournaient beaucoup autour de Zoé et sa vie plus que moi en tant que parent.

J’avais confiance en moi et en ma capacité à être mère.

Je savais que j’avais les ressources, que je ne serais pas parfaite mais que ça le ferait.

Je savais aussi que j’étais avec la bonne personne et ça me rendait forte, mais j’avais beaucoup d’inquiétude pour Zoé, je me disais que métisse, issue d’une famille homoparentale on lui faciliterait pas forcément la vie!!!

Comment ça allait se passer à la maternité, puis à la crèche et l’école ? et les autres parents? et les profs etc…. bref j’avais et j’ai encore de l’inquiétude pour elle, même si je fais au mieux pour l’armer face aux autres.

4/ A quelle question aurais-tu voulu avoir une réponse sur la parentalité ?


Qu’avec beaucoup d’amour, d’échanges, de discussions on peut aller très loin, très haut, très fort !!

5/ Depuis que tu es parent quelle question que tu te posais a trouvé une réponse ?


Qu’on ne reproduit pas forcément le schéma de ses parents.

Qu’on peut être un parent différent de l’exemple que l’on a eu enfant.

Que dire à ces enfants qu’on les aime et le leur montrer par des gestes affectueux n’enlève rien à son « image » « autorité »  de parent.

Que Zoé va très bien dans sa famille, qu’on est une famille comme toutes les autres et ( en tout cas pour l'instant) mes inquiétudes n’avaient pas lieu d’être .

6/ Quelles sont tes inspirations de parentalité ?


Mon expérience que je partage avec Barbara , nos échanges, nos questionnements sont mon inspiration. 

7/ Qu’est ce que la parentalité t’a t-elle appris de toi ? 


Que j’avais beaucoup plus de ressources que je ne l’imaginais, que je pouvais me faire confiance et que j’avais des tonnes d’amour à partager.

Que j’étais sensible et que j’avais besoin d’être aimée.

8/ L’objet qui représente ta parentalité ?


Ce tee-shirt représente mon premier contact physique avec Zoé.

Quand elle est née après avoir été nettoyée la sage femme a glissé Zoé sous mon tee-shirt pour notre 1er peau à peau et ce moment a été magique !!!

Je devenais mère d’un enfant que je n’avais pas porté et nous faisions connaissance de la meilleure des manières. 

9/ Quels conseils donnerais-tu à l’enfant que tu étais ?


De ne pas perdre confiance, que tous les adultes ne sont pas mauvais et que tout ira mieux. Ce sera pas toujours facile mais que tu as les ressources pour y arriver!!

10/ Quelles sont les grandes joies qui jalonnent ton parcours de parent ?


Voir que mon fils aîné est une bonne personne, avec de bonnes valeurs et voir Zoé grandir chaque jour à mes cotés. 

11/ Si c’était à refaire ?


Je pense que je referais exactement la même chose.

Je n’aime pas avoir de regrets et ce qui est arrivé dans ma vie de parent ne l’a pas été par hasard.

Cela fait parti de moi et je suis ok avec ça.

191 vues

Sorore Ensemble - sororeensemble@gmail.com