Rechercher

KARINE

Mis à jour : août 7


Karine. 44 ans, en couple depuis plus de 10 ans et maman de 2 garçons : un de 5 ans et demi et un bébé de 18 mois. Originaire de la Guadeloupe par mes parents et mon amoureux du Bénin. Nos enfants sont métisses et on leur apprend à être fiers de leur double culture, on leur apprend aussi d'être respectueux envers les autres. On est consicients tous les 2 d'élever des garçons noirs avec tout ce que cela implique en France. On est prêts car on a pas le choix. C'est pour cela qu'il est important qu'ils en apprennent sur l'histoire de leurs origines aussi bien sur la Guadeloupe que sur le Bénin.

Parmi mes proches, je suis une des rares femmes à avoir eu des enfants tard et à ne pas être mariée. Cela ne m'a jamais posée de problème, j'ai toujours refusé qu'on me colle une étiquette sous prétexte que je suis une femme et noire. Mes parents ne m'ont jamais mis la pression et ont toujours respecté mes choix. J'ai attendu de rencontrer la bonne personne, j'ai eu des occasions bien plus jeune mais je savais que ça ne serait pas possible. 

Avec mon amoureux, on vient de 2 milieux différents, on a une histoire familiale différente. La sienne est compliquée pourtant il a toujours su m'épauler et il le fait encore quoique cela lui coûte. C'est mon amant, mon partenaire de vie, le père de mes enfants. On n'est pas dans un monde de Bisounours mais je sais que malgré les années, les épreuves, le quotidien, il est là pour moi comme je suis là pour lui. Mon enfance a été plutôt douce avec des parents aimants et assez avant gardiste pour l'époque. Mon moment le plus douloureux a été la perte soudaine de mon papa alors que j'étais enceinte de mon premier enfant et que je ne le savais pas. Aujourd'hui encore j'ai dû mal à en parler même si je lui "parle" très souvent. Je lui parle de ses petits enfants, de mes doutes. J'ai changé à sa disparition, je lui ressemble encore plus  : depuis j'ai décidé que je pouvais dire NON et être égoïste. Que je pouvais décider qui je devais côtoyer, aimer, mettre de côté. Avoir des enfants m'a rendu plus forte, je n'ai plus de temps à perdre. La vie est trop fragile. J'arrive davantage à me recentrer sur ce qui est plus important à mes yeux, je n'hésite plus à dire tout haut ce que je pense, partager des causes qui me touchent surtout si cela concerne ma communauté, n'en déplaise à certains. Je n'ai plus le temps pour des futilités. Avoir perdu mon papa m'a littéralement changée et je sais qu'en un instant tout peut basculer. Je vois la vie différemment et essaie de savourer chaque instant. J'essaie de relativiser au possible. 

Participer au shooting SORORE ENSEMBLE m'a également rendue plus sûre de moi, plus forte et fière. Fière d'être une femme noire. Fière de montrer différents visages de la femme noire, de montrer différentes histoires. Fière et heureuse d'avoir été sous l'œil bienveillant de Gaël RAPON, fière d'avoir été choisie par Audrey pour incarner une de ces femmes. 



5 vues
Sorore Ensemble

Association d'entraide, d'écoute, d'accueil et de partage à destination des Femmes

Recevez nos mises à jour

Sorore Ensemble